Dossier de presse



Télécharger le dossier de presse : cliquez ici

Téléchager le pack de photos : cliquez ici

Share/Save/Bookmark
 

Lettre à Siné par "Filoche"

Mourir ? Plutôt crever ! - Presse

15 ans de vacances, 15 ans d’engueulades. Ça a commencé dans les années 90, du côté des Sainte-Maries de la Mer, puis un bon bout de temps en Corse, puis dans le Vaucluse, en Ile-de-Ré, puis encore du côté de Vaison-la-Romaine… Mais Bob ne voulait rien savoir, les « socialos » n’étaient pas de gauche ! Pourtant aussi bien quand j’étais à la Ligue que lorsque mes amis et moi sommes passés au PS, ce n’est pas faute d’avoir essayé de lui expliquer ce que c’était qu’un parti, sa nature, son histoire et sa base sociale… De vives soirées. Chaudes. Arrosées. Juillet. Août. Jusque tard le soir. Très tard dans la nuit. À ne plus en voir les étoiles. « Pourquoi ces cons, ils votent encore pour ce parti qui ne change rien, qui trahit ? » « Mais Bob tu ne vas pas dire qu’il y a 15 millions de cons… sauf toi, et que tous se trompent sauf toi… ? » « Si, faut la révolution, y’en a marre de se laisser avoir et c’est pas avec ces cons-là que ça va changer ! ». Je lui rappelais benoîtement que je l’avais rencontré un jour de novembre 1988 à un repas des parrains de SOS Racisme et que je l’avais vu serrer la paluche de Mitterrand ce jour-là. Je lui rappelais que les 40h, les 39h, les 35h c’était la gauche et les socialistes… Oui mais Bob, il n’en a rien à foutre des 35h, lui il travaille 30h d’un coup puis il boit un coup, fait la fête et recommence. Alors je lui disais que le droit du travail, le remboursement de l’avortement, l’abolition de la peine de mort, la parité, c’était la gauche avec les socialistes. Oui, mais Bob, le droit du travail ce n’est pas son premier souci, pour lui, et puis la peine de mort, il est pour contre les fachos et les cons, et la parité, c’est bidon… « Ces enfoirés, regarde, ils m’envoient des gars pour soutenir Val; Delanoë ou Badinter, ils ont signé contre moi ». Ça c’est vrai, j’en suis pas fier, je me demande pourquoi ils se sont laissés entraîner là-dedans avec BHL et Albanel, ils ont perdu leur stupide procès inquisiteur d’antisémitisme… « Mais Bob, si tu veux battre Sarkozy, tu peux pas le faire sans voter socialiste au second tour, tu le sais bien »… « Ouais, mais ça m’emmerde, si tu savais, ça m’emmerde de voter pour ces cons ! Pourquoi ils en font pas plus s’ils se disent socialistes, hein ? » « Bien Bob, c’est vrai, ils devraient en faire plus, mais raison de plus pour discuter avec eux, leur dire, les influencer…» « Si tu bouffes du socialo tout le temps Bob tu ne feras rien avancer, on ne convainc pas en traitant les gens de cons » « Oui, mais il y a des pourris, t’as vu les affaires qu’ils traînent au cul ? » « Oui Bob mais Roland Dumas, tu l’aimes bien, il t’a défendu pendant la guerre d’Algérie. » « C’est vrai, mais t’as vu la gueule des Val et autres, ils me font gerber, quasi du Sarkozy… » Là, je ne dis rien, je défends les militants socialistes honnêtes, je défends la gauche du parti, j’explique qu’elle peut y prendre le pouvoir… Je raconte le dévouement des élus, pas tous pourris ! Mais Bob n’y croit pas, surtout quand la soirée s‘avance et que le nombre de bouteilles sur la table devient impressionnant. Y a toujours un moment où je craque. À la fois parce que le ton monte et que le niveau dans mon verre baisse. Alors immanquablement Bob en rajoute : « Mais toi t’es pas un socialo comme les autres, je le sais bien, mais ça prouve pas que les autres soient bons ». « Je vote plus pour eux » dit Bob. « Arrête Bob, dit Catherine Sinet, tu dis toujours ça, puis tu vas quand même voter pour eux… » Oui, c’est ça finalement, on est des millions comme Bob….

Gérard Filoche